L’Hebdo du Vaucluse


J’ai France-Soir, que j’achète dès le Matin, pour avoir les nouvelles du jour ;

Le Monde d’aujourd’hui, c’est à dire celui qu’est sorti hier ;

Questions de Femmes, Questions-Réponses et Réponse-à-Tout !

L’Express, pour faire le Point, s’il me reste une Minute ;

... et puis Jeune et Jeanine !

Il y a des personnages qui se cherchent, des comédiens qui cherchent leur personnage, Jeanine L. se trouve, s’explique, s’interroge. Elle s’expose, s’impose, sans exploser tout de même, nous prenant à témoin, de toute sa rondeur, comblant le vide, le silence de spectateurs en attente. Jeanine L. ouvreuse occupe la place. C’est une conquête, et elle ne s’arrêtera pas là. Elle a des choses à dire, à partager. Mieux, elle veut, elle doit être un personnage public. C’est son ambition, c’est son destin. Elle est ouvreuse et n’est pas prête de la fermer ! Fini le rôle intermède dans le spectacle des autres. D’ailleurs le personnage s’est emparé de Dominique Falcoz, l’actrice auteur, sous l’oeil médusé d’Ophélia Bard à la mise en scène. A mon avis, on n’a pas fini d’en entendre parler !

Dominique Rousseau 18/07/2003