Le Parisien


J’ai France-Soir, que j’achète dès le Matin, pour avoir les nouvelles du jour ;

Le Monde d’aujourd’hui, c’est à dire celui qu’est sorti hier ;

Questions de Femmes, Questions-Réponses et Réponse-à-Tout !

L’Express, pour faire le Point, s’il me reste une Minute ;

... et puis Jeune et Jeanine !

Jeanine l’ouvreuse assure le spectacle

Pour une fois, c’est elle qui l’ouvre et c’est un régal ! Jeanine, « première ouvreuse depuis trois générations » fait en effet l’accueil et le spectacle au Théâtre du Guichet-Montparnasse. Sur son trente et un, la pimpante employée - alias la comédienne Dominique Falcoz -, doit assurer elle-même les numéros initialement programmés et annulés pour cause de grève et autres inconvénients liés aux intermittences spectaculaires de la vie des artistes. Bref, après avoir placé les spectateurs au mieux, Jeanine débute « le menu du programme ».

Port altier de Reine d’Angleterre, vêtue de rouge de pied en cap, elle chronique l’époque avec un solide bon sens, une certaine gouaille et une désarmante candeur. En chantant, dansant et parlant, Jeanine joue et tricote les mots à la manière d’un Devos timide avec des non-sens, double sens et clins d’œil subtils. La dame nous offre là un spectacle drôle et intelligent.

Corinne Nèves 21/02/2005